[Accueil] [Remonter] [forum médical lyonnais] [soirées] [FMC & EPP] [FPC] [journées] [prochaines formations] [vie de l'association] [téléchargement] [textes officiels] [AEU-FMC]

janvier 2003

horizontal rule

Les Jeudis de l'Europe
s'invitent au nouveau
Centre Hospitalier St Joseph - St Luc

horizontal rule

 

Date  jeudi 23 janvier 2003
Horaire  19 h 30
Lieu centre hospitalier St Joseph - St Luc
Entrée    gratuite pour les adhérents
Intervenants  
bulletJ.-F. AUPETIT
bulletM. VINCENT
bulletY. BOUCAUD MAITRE
bulletJ. CATON
bulletM. BERTHIER
bulletP. BACHET

 

bulletJ.-F. AUPETIT, Place du dosage des peptides natriurétiques dans le diagnostic et le suivi de l'insuffisance cardiaque par le médecin généraliste
bulletM. VINCENT, Cancer du poumon avancé: une maladie qui devient chronique
bulletY. BOUCAUD MAITRE, Les puces à ADN vont-elles révolutionner la biologie?
bulletJ. CATON, Robotique et navigation chirurgicales sont-elles des progrès en chirurgie orthopédique?
bulletM. BERTHIER, Avenir de la prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde
bulletP. BACHET, De l'intérêt de la prise en charge médicale globale dans le cadre de la fibromyalgie et de la fatigue chronique
bullet 

horizontal rule

Le cancer du poumon avancé : une maladie qui devient chronique ?

Dr M Vincent
Service de pneumologie et cancérologie thoracique
Centre Hospitalier Saint Joseph et Saint Luc

Le cancer du poumon est le cancer d’organe le plus fréquent . Son incidence chez l’Homme est en France de l’ordre de 70 pour 100 000 habitants et chez la femme de 7 pour 100 000 habitants. Le taux de mortalité n’est qu’inférieur d’environ 10% au  taux d’incidence ce qui en fait le cancer le plus meurtrier. En effet si les petites tumeurs opérables ont un pronostic de guérison à 5 ans qui peut atteindre 60%, l’écrasante majorité des cancers pulmonaires diagnostiqués sont des cancers de Stade III et IV dont le pronostic à 5 ans est de 25% pour les Stades IIIA mais 3 à 7% pour les Stades III B et 1% pour les Stades IV métastatiques.

A propos de l’observation d’un cas d’emblée métastatique ayant survécu plus de deux ans, nous insistons sur deux aspects thérapeutiques récents :

-          l’apparition depuis 5 à 10 ans de nouvelles molécules anti-mitotiques mieux tolérées et susceptibles d’être administrées plus longtemps, chez des patients plus âgés, éventuellement à domicile avec participation du médecin généraliste et/ou de l’équipe de l’hospitalisation à domicile : Navelbine*, Gemzar*, Taxol*, Taxoter*. Ces molécules permettent un recul ou une stabilisation de la maladie au prix d’effets secondaires modérés.

-          l’arrivée récente des nouvelles thérapeutiques biologiques ciblées : ces médicaments n’agissent pas au niveau de la mitose , mais au niveau du blocage de certains récepteurs de facteurs de croissance , hyper exprimés par la cellule cancéreuse, et situés de part et d’autre de la membrane cellulaire. Le pronostic de certaines tumeurs digestives sarcomateuses vient d’être transformé par l’arrivée du Glyvec*.  Des cas de réponse après échappement à la chimiothérapie classique ont été notés avec l’Iressa* qui est  en attente de commercialisation pour le cancer pulmonaire. La tolérance est considérée comme correcte avec, après prise orale quotidienne, de simples effets cutanés ou à type de diarrhée . Cependant un risque de pneumopathie interstitielle semble avoir été sous-estimé.  Ces nouvelles thérapeutiques n’en représentent pas moins une voie très prometteuse.

Ainsi, des possibilités thérapeutiques variées, une meilleure tolérance permettent d’envisager parfois des stabilisations ou des réponses tumorales prolongées même dans le cadre de maladies métastatiques.

horizontal rule

Les peptides natriurétiques

J.F. AUPETIT et H. COQUELIN
Département de Pathologie Cardiovasculaire.

Le BNP ou peptide natriurétique de type B est une hormone sécrétée par les myocytes principalement ventriculaires en réponse à différents stimuli dont l'étirement (ou stretch) des fibres myocytaires. A ce titre, c'est un marqueur non invasif bien corrélé à la pression télédiastolique ventriculaire gauche.

Le suivi d'un patient atteint d'une insuffisance cardiaque est actuellement très tributaire d'éléments subjectifs issus de l'examen clinique comme la classification de la NYHA ou de paramètres paracliniques informatifs mais chers et lourds comme l'échographie cardiaque ou la mesure de la consommation en oxygène du myocarde.

Le dosage du BNP est un examen biologique de plus en plus répandu actuellement inclus dans les dernières guide lines de la société européenne de cardiologie concernant le diagnostic de l'insuffisance cardiaque.

Plusieurs études ont démontré qu'un taux de BNP restant élevé sous traitement médical jugé optimal est corrélé à la survenue de réhospitalisations ou de décès. Le seuil de BNP considéré comme étant de mauvais pronostic est variable en fonction des études et des méthodes de dosage utilisées.

Le BNP permet d'affiner l'impression clinique et d'optimiser les résultats de certains examens comme l'échocardiographie. A ce titre, il a actuellement sa place dans le bilan de suivi du patient atteint d'une insuffisance cardiaque.

Il faut cependant encore réaliser des études de suivi sur de larges cohortes de patients afin de pouvoir déterminer sa place dans la hiérarchie du suivi du patient insuffisant cardiaque chronique.

horizontal rule

 

Les puces à ADN vont-elles révolutionner la biologie ?

Yves BOUCAUD-MAITRE, Sylvie THOINET,
Laboratoire de biologie médicale
Hôpital Saint Joseph Saint Luc

 

  La biologie moléculaire permet de rechercher des séquences nucléotidiques spécifiques provenant de cellules ou de microorganismes, à l’aide de sondes constituées de fragments complémentaires d’acides nucléiques.

Les applications au domaine médical utilisent principalement la technique de PCR (polymerase chain reaction), soit pour rechercher des gènes mutés (ex hémochromatose), soit pour identifier ou quantifier des bactéries (ex BK) ou des virus (ex VIH, VHC).

La PCR est encore réservée à des laboratoires spécialisés en raison de la lourdeur de cette technologie, et ne permet de rechercher qu’une seule séquence à la fois.

Les « biopuces » , qui représentent une miniaturisation de ce principe, permettent de mettre en évidence simultanément et en une seule étape des milliers, voire des centaines de milliers des séquences différentes :

Sur un support de très petite taille en plastique, en silicium ou en verre (de l’ordre de 1 cm2) sont greffées ou synthétisées directement des sondes spécifiques. L’échantillon à étudier subit une extraction pour fractionner les acides nucléiques. Les séquences libérées sont multipliées (amplifiées), puis  hybridées sur le support avec les différentes sondes.

Un laser balaie ensuite la biopuce, excitant la fluorescence partout où il y a eu hybridation. Un logiciel de reconnaissance permet de déterminer quelles sont les sondes qui ont été hybridées.

  Les applications sont potentiellement considérables, mais elles appartiennent encore au domaine de la recherche.

bullet

En infectiologie, il serait possible d’identifier sans culture préalable la totalité les agents infectieux présents dans un prélèvement pathologique ou dans l’environnement (eau, aliments). On pourra aussi typer des virus avec précision, en détectant chaque mutation ponctuelle. Mais les techniques actuelles sont limitées à certains germes et n’effectuent pas de réaction quantitative.

bullet

En médecine prédictive, on peut envisager  de rechercher des mutations génétiques liées aux maladies héréditaires, ou des gènes de susceptibilité à des maladies polygéniques (ex diabète, cancers), ou à certains médicaments.

bullet

En transplantation, le typage HLA et la caractérisation de certains groupes sanguins rares pourront  être effectués plus facilement. 

bullet

En pharmacologie, on pourra rechercher le caractère génotoxique de nouvelles molécules, en comparant l’expression d’un gène avant ou après traitement avec une molécule potentiellement mutagène.

bullet

En cancérologie, l’analyse de l’expression des gènes des cellules normales par rapport à ceux des cellules cancéreuses peut apporter des connaissances nouvelles, ou préciser l’effet d’un médicament sur ces cellules.

Les biopuces constituent un procédé encore coûteux, compliqué et peu sensible, mais qui est appelé à évoluer en raison de l’énorme marché potentiel que représentent ses applications. 

horizontal rule