Accueil
Remonter
forum médical lyonnais
soirées
FMC & EPP
journées
prochaines formations
vie de l'association
téléchargement
textes officiels
AEU-FMC

Obésité de l'enfant

vendredi 18 & samedi 19 juin 2004 à Lyon.



Objectifs

A. généraux

1. Savoir dépister l’obésité de l’enfant à tous les stades de son développement

2. Savoir prendre en charge l’ obésité de l’enfant aux différents âges

B. intermédiaires

1. De l’objectif   « 1 » : dépister

1)       définir l’obésité de l’enfant à partir des outils actuellement validés du suivi de la croissance
2)       savoir utiliser les outils de suivi de la croissance pour définir, prévenir ou dépister le plus tôt possible l’installation d’une obésité de l’enfant
3)       repérer dans le suivi de l’enfant, les trois principaux « signaux » permettant de dépister les enfants à risque d’obésité
4)       connaître l’incidence de l’alimentation des 2 premières années sur le risque d’obésité rôle protecteur de l’allaitement maternel, pas de valeur pronostique du poids avant 2 ans, le conditionnement du goût par la diversification…)

2. De l’objectif   « 2 » : prise en charge

5)       énumérer les trois causes principales responsables de l’augmentation actuelle du nombre d’enfants obèses
6)       promouvoir l’activité physique et une hygiène de vie saine chez tous les enfants
7)       argumenter la nécessité d’une prise en charge précoce d’une obésité constituée
8)       diététique

- proposer une consultation de diététique à l’enfant et à la famille
- connaître des éléments de diététique nécessaires au conseil et à l’orientation de la prise en charge

9)       prendre conscience des limites des interventions directes du médecin de famille pour optimiser la prise en charge psychologique

- connaître les facteurs et dimensions psychologiques impliqués dans la genèse et le maintien de l’obésité infanto-juvénile
- reconnaître les situations justifiant le recours à une aide psychologique


Programme

J1 : Savoir dépister l’obésité de l’enfant

Matin

08h30 accueil des participants, tâches administratives
09h00 présentation de la session, des animateurs et des experts, pré-test, présentation des participants et recueil des attentes
09h30 introduction par l’expert généraliste
10h30 atelier 1 (objectifs : 1.2.3. )
- travaux sur cas cliniques

o Eurydice
o Eugénie
o Emilie

11h15 pause
11h35 plénière (objectifs : 1.2.3.)
- quels sont les bons outils, pourquoi ?
   
12h00 atelier 2 : brain storming (objectifs : 3. 4. 5)
  - identification, hiérarchisation

o        des principales causes de l’obésité
o        des facteurs prédictifs du risque

12h30-14h00 Repas pris en commun
après-midi
14h00 plénière (objectifs  3, 4, 5)
  -          rapport des groupes
-          apport de connaissances
-          réponses des experts aux questions des groupes
-          discussion avec les participants
14h30 atelier (objectifs 1, 2, 3, 4, 5 )
  - analyse–résolution de cas cliniques de 3 consultations d’enfants :
o        Lohane
o        Fanny
o        Nordine
  - démarche diagnostique : appropriation et mise en œuvre des outils et des connaissances
15h30 Pause
16h00 Plénière (objectifs 1, 2, 3, 4, 5 )
  - confrontation des analyses de chaque sous-groupe et synthèse
- intervention des experts et mise à niveau  si besoin
- les animateurs prennent soin que les questions du pré test ont bien été traitées
- réponse aux dernières questions
18h00 Fin de le première journée

A la fin de cette journée, les participants sauront ce qu’est l’obésité, sauront la diagnostiquer, et auront des connaissances  pour étayer leurs décisions thérapeutiques et leur discours auprès des enfants et des parents dans une situation de médecine générale toujours conflictuelle, souvent ancienne, parfois décourageante.

J2 : Prise en charge de l’obésité de l’enfant

prise en charge médicale de l’enfant obèse :
- médicale
- diététique, hygiène de vie
- abord et aide psychologique

Matin

08h30 accueil des participants et répartition en sous-groupes
09h00 atelier « médical » (objectifs 5, 6, 7)
  - analyse –résolution de cas cliniques de 4 consultations d’enfants : (adaptés avec les experts)
  - 4 cas cliniques
o        Françoise

o        Maxime
o        Sandie
o        Emma
- démarche thérapeutique : application et stratégie
10h00 plénière (objectifs 5, 6, 7)
- synthèse des travaux en sous-groupes et réponse de l’expert
- apport de connaissances
10h30 pause
11h00 atelier « diététique » (objectifs : 6, 8)
- présentation et appropriation des supports concernant la diététique, l’hygiène de vie, l’activité physique
- à partir des 2 enquêtes alimentaires de Noémie et Sandie
- les facteurs psychologiques dans l’obésité infantile
- les difficultés relationnelles et de prise en charge de l’enfant obèse et de sa famille.
12h00 plénière : restitution des groupes
12h30 repas
après-midi : « aspects psychologiques »
14h00 mise en situation (objectif 9)
- mise en situation en présence des experts : Noémie et Marina
- utilisation des outils et des connaissances
- les facteurs psychologiques dans l’obésité infantile
- les difficultés relationnelles et de prise en charge de l’enfant obèse et de sa famille.
  chaque atelier s’organisant autour de deux études de cas (un d’enfant, une d’adolescente) mettant chacune en exergue plusieurs enjeux psychiques et affectifs associés à l’obésité.
17h00 pause
17h15 plénière
  - synthèse de la journée par les experts médecin, diététicienne, psychologue (Nathalie DUMET)
- apports de connaissances et mises au point
- questions / réponses
- conclusion par les experts
17h45 plénière
- post-test et correction
- évaluation immédiate sous forme graphique
- questionnaire de satisfaction
- remise des attestations et du livret documentaire
18h00 Fin du séminaire

[haut]


Pré & post tests

Plus de 95% des obésités infantiles sont « essentielles » vrai faux NSP
La moitié des enfants obèses à 6 ans deviennent des adultes obèses vrai faux NSP
Lorsque les deux parents sont obèses,  le risque, pour un enfant, d’être obèse est multiplié par 2 vrai faux NSP
Le meilleur facteur prédictif du risque d’obésité infantile est la moyenne des indices de masse corporelle des  2 parents  ? vrai faux NSP
Le  dosage de l’insulinémie post-prandiale est l ‘examen complémentaire indispensable avant toute prise en charge d’une obésité infantile ? vrai faux NSP
L’indice de masse corporelle est le rapport du poids sur la taille vrai faux NSP
On  doit commencer à se préoccuper d’un excès pondéral chez l’enfant à partir de l’âge de 4 ans ? vrai faux NSP
La diminution de la pratique de l’allaitement maternel est une des 3 principales causes de l’augmentation du nombre  d’enfants obèses ? vrai faux NSP
Un décalage de + 2DS du poids à n’importe quel âge est un critère d’obésité ? vrai faux NSP
Du point de vue psychologique, l’obésité a une fonction défensive ; elle participe à l’équilibre psychologique de l’enfant/adolescent obèse. vrai faux NSP
L’hyperphagie (ou la suralimentation pathologique) est un comportement souvent destiné à pallier des angoisses ou vécus de vide et d’abandon. vrai faux NSP

 


[haut]


Introduction aux journées

« prise en charge de l’obésité de l’enfant »

par l’expert généraliste.

Les organisateurs et animateurs que nous sommes, aux Jeudis de l’Europe, nous demandons vraiment pourquoi vous vous êtes inscrits pour apprendre à traiter une pathologie :

  • dont le diagnostic paraît évident
  • qui nécessite a priori peu d’examens paracliniques
  • et qui ne bénéficie pas - ou si peu - de traitements médicamenteux

 …mais qu’allons nous donc bien pouvoir apprendre ?

 Et bien les faits sont là : nous ne savons pas nous occuper de cette pathologie et nos succès sont rares. Il nous faut savoir pourquoi nous sommes si mauvais et changer notre manière de traiter un problème aux conséquences tellement…..lourdes (si j’ose dire !) 

  1. L’obésité de l’enfant est devenue un véritable enjeu de santé publique en France puisque nous marchons dans les traces de nos amis Américains : il y a maintenant 15 à 19 % de petits Français en surcharge pondérale (c’est-à-dire en surpoids ou obèse ) contre seulement 5%dans les années 60.Autrement dit, 2 millions de Français de moins de 18 ans sont en surcharge pondérale.
  1. Nous allons d’abord définir l’obésité infantile. A partir de quand parle-t-on obésité ? Comment pouvons-nous la mesurer ? Comment pouvons-nous la dépister ?
  1.  Nous allons chercher les causes de l’obésité infantile qui sont, nous le savons, multifactorielles.
  1. Nous allons évaluer ensuite les risques que l’obésité infantile fait courir :
    • aux enfants tout d’abord : psychologiques surtout, osseux, et articulaires, respiratoires, métaboliques, vasculaires voire cardiaques
    • à l’adulte qu’ils deviendront plus tard, puisque nous savons que statistiquement l’obésité de l’enfant prédispose à l’obésité de l’adulte avec son cortège de maladies de tous ordres, notamment cardio-vasculaires.
  1. Nous ferons le recensement des moyens de prise en charge en sachant qu’elle est difficile et qu’il va nous falloir insister sur tous les points qui vont nous permettre de l’optimiser. Les « régimes » hypocaloriques ont connu trop d’échecs pour que nous puissions nous en contenter, et de plus la prise en charge de l’obésité de l’enfant est différente de celle de l’adulte. L’hygiène de vie (exercice physique, le nombre et l’horaire des repas…), le soutien psychologique, l’obtention d’une adhésion du jeune patient à notre contrat retiendront toute notre attention….en plus, bien sûr, de la diététique.
  1. Notre expert spécialiste va nous faire toucher du doigt l’importance d’adapter notre conduite à des cas précis . Pour ce faire, il nous a préparés des cas cliniques très différents par l’âge de l’enfant, son contexte médical ou social.
  1. Nous envisagerons également l’importance du suivi de l’enfant : les progrès doivent être notés, évalués, encouragés, pérennisés. Enfin, il faut savoir analyser les causes des échecs ou des rechutes.

 LES MEDECINS QUE NOUS SOMMES DOIVENT PROGRESSER, MAIS C’EST L’ENSEMBLE DE LA POPULATION QUI DOIT MODIFIER SON COMPORTEMENT …


Bibliographie

Ouvrages concernant l’obésité et les troubles du comportement alimentaire :

  • AIMEZ Pierre & RAVAR Judith. Boulimiques, origines et traitements de la boulimie. Éditions Ramsay, 1988.
  • APFELDORFER Gérard. Maigrir, c’est fou! Odile Jacob Ed. Paris, 2000
  • APFELDORFER Gérard. Maigrir, c’est dans la tête. Odile Jacob Ed. Paris, 1997, 2000
  • APFELDORFER Gérard. Anorexie, boulimie, obésité. Flammarion Ed. Paris, 1995
  • APFELDORFER Gérard. Je mange donc je suis. Surpoids et troubles du comportement alimentaire. Éditions Payot, 1991, 2001.
  • BOURCQ Danielle. A dix kilos du bonheur. Éditions de l'Homme, Montréal.
  • BRUCH Hilde. Les yeux et le ventre, l’obèse l’anorexique. Éditions Payot, 1984.
  • CHIVA Matty. Le doux et l’amer. PUF, 1985
  • COUPRY François. Éloge du gros, dans un monde sans consistance. Robert Laffont, 1989.
  • FISCHLER Claude. L’homnivore. Odile Jacob, 1990.
  • LESNE Elisabeth. Papa, maman, on m’a traité de gros. Albin Michel, 1998
  • MIRABEL-SARRON Christine. Bien manger. Bayard Éditions, Paris, 1999.
  • RUBIN Gabrielle. Cannibalisme psychique et obésité. Coll. Champs psychanalytiques, Delachaux et Niestlé, Lausanne, Paris, 1997
  • ROTH Geneen. Oser avoir faim. Éditions de l'Homme, Québec, 1995
  • SCHILDER Paul. L’image du corps. Gallimard
  • YAICH Jean-Louis. La faim en soi. Seuil, Paris, 1991
  • WAYSFELD Bernard. Le Poids et le Moi, Armand Colin, Paris, 2003.
  • ZERMATI Jean-Philippe. La fin des régimes. Hachette, Paris, 1998
  • ZERMATI Jean-Philippe. Maigrir sans régime, Editions Odile Jacob, Paris, 2002.

Articles scientifiques

Sites Internet:


[haut]


Nathalie DUMET
psychologue clinicienne
Docteur en Psychologie

 

  • Maître de conférence en psychologie, Université Lumière Lyon2, Institut de Psychologie

  • Psychologue praticienne / Vénissieux : consultations psychologiques et suivis psychothérapiques de patients (enfants, adolescents, adultes) souffrant (notamment) de troubles alimentaires et pondéraux

 

Quelques références de Publications :

  • Sur l’obésité infanto-juvénile et du sujet adulte :

    • DUMET N., « Obésité et comportement alimentaire: réalités et fantasmes », Perspectives Psychiatriques, Sept-Octobre 1999, 38, 4, pp. 300-307

    • DUMET N., THIEBAUT E., TYCHEY C. de, « Facteurs de risque et modalités de prévention de l’obésité infantile », Annales Médico-Psychologiques, 1999, 157, 4, pp. 225-237

    • DUPUIS J.M., VIVANT J-F., DAUDET G., BOUVET A., CLEMENT M., DAZORD A., DUMET N., DAVID M., BELLON G.,  « Entraînement sportif personnalisé dans la prise en charge de garçons obèses âgés de 12 à 16 ans », Archives de pédiatrie, 2000, 7, pp. 1185-1193

    • DUMET N., « La différence incarnée. Réflexions psychosomatiques sur un phénomène étrangement familier : l’obésité », Cahiers de Psychologie Clinique, 2002, 18, pp. 31-44

  • Autres :

    • DUMET N., Clinique des troubles psychosomatiques. Approche psychanalytique, Paris, Dunod, 2002

    • DUMET N., BROYER G. (sous dir. de), Cliniques du corps, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2002

    • DUMET N., BROYER G. (sous dir. de), Avoir ou être un corps ?, Lyon-Limonest, L’Interdisciplinaire, 2002

5 points essentiels :

  • la fonction défensive de l’obésité du point de vue psychologique

  • les troubles des conduites alimentaires et/ou l’obésité comme défaut(s) d’expression des affects (dépressifs et agressifs notamment) du sujet

  • l’obésité comme révélateur d’une problématique de dépendance (et d’immaturité) affective chez l’enfant

  • l’obésité comme barrière de protection (contre l’autre, son regard vécu comme intrusion, la séduction et la sexualité)

  • l’obésité infantile en lien à l’anxiété maternelle pathologique, (et/ou) au contrôle maternel sur le corps et les désirs de son enfant, (et/ou) au défaut de pare-excitation parental


[haut]


Pour tout renseignement : info@jeudis-europe.asso.fr
Pour toute remarque concernant ce site : pierre.wolf@orange.fr
Dernière modification : 25 août 2007